MESSAGE D’INFORMATION A/S ETUDE GENETIQUE RAGONDIN

Une étude génétique va débuter dans notre département concernant le ragondin.

Les piégeurs de l’APANGA sont sollicités

 


OPERATION ETUDE GENETIQUE SUR LE RAGONDIN 

 Suite à l’adoption du règlement Européen 1143/2014 ciblant les espèces exotiques envahissantes (EEE) et la recrudescence des observations de Ragondin (myocastor coypu) au Luxembourg et en Belgique, le muséum d’histoire naturelle du Luxembourg a contacté différents partenaires afin d’initier une étude visant à déterminer l’origine des populations et les voies de migration empruntées par le ragondin au Benelux. Voyant une opportunité d’envisager une réponse coordonnée pour freiner l’expansion et limiter les dommages environnementaux provoqués par le ragondin, les pays limitrophes au Luxembourg (la Belgique, la France, la Hollande et l’Allemagne) ont accepté de participer à l’étude en envoyant des échantillons de tissus de ragondin provenant des régions périphériques.

C’est dans ce contexte que l’Office Français de la Biodiversité a sollicité l’UNAPAF pour collecter des échantillons aux fins de cette étude. Les piégeurs, on compte sur vous !

L’objectif de l’étude est donc de déterminer la structure génétique des populations de ragondin (Myocastor coypus) dans le Benelux, le nord-est de la France et le nord-ouest de l’Allemagne ; et d’évaluer les différentes voies de migration/dispersion sur le territoire mentionné.

L’échantillonnage doit avoir lieu pendant l’hiver et le printemps 2021 et couvrir les départements suivants : Nord, Pas-de-Calais, Aisne, Ardennes, Meuse, Meurthe-et-Moselle, Moselle, Bas-Rhin et Haut-Rhin. Pour chacun d’entre eux, un idéal de 50 échantillons devra être collecté sur des animaux qualifiés d’adultes visuellement. Ces 50 échantillons ne seront pas prélevés sur des individus issus d’une même zone géographique (par exemple le même plan d’eau, ou la même petite rivière). L’idéal étant de prélever au maximum 5 individus vivant dans le même réseau d’étang ou de cours d’eau. En cas de captures de plusieurs jeunes d’une même fratrie, on ne réalise qu’un prélèvement.

Chaque échantillon correspond à un individu unique capturé ou tiré, dont un morceau d’oreille (au minimum 1cm²) sera découpé puis conservé dans un tube contenant de l’éthanol absolu. Nous remettrons des tubes préalablement remplis d’éthanol absolu fournis par l’Office Français de la Biodiversité aux piégeurs participants, nous y joindrons le protocole à respecter. Les échantillons seront retournés à l’APANGA avant le 20 mars 2021.

Dans les jours qui suivent nous contacterons les piégeurs qui ont réalisé des captures de ragondin, afin de pouvoir leur fournir des tubes pour les prélèvements. Pour plus de renseignements vous pouvez téléphoner à un administrateur de votre arrondissement ou à Pierre Bonte, au 06.79.62.30.45. Nous savons que nous pouvons compter sur vous.

Pierre Bonte